Catharsis

par Ponk

Ponk nous parle de ce qui inspire son travail :

L’ensemble de mes œuvres s’oriente dans une perspective de réponse face aux angoisses du corps. De façon omniprésente, la déambulation comme tactique méditative accompagnée d’accumulation de matériaux s’inscrit dans mon processus. J’y débusque nombre de mes trouvailles de l’ordre du monde animal tels des os ou végétales comme un nid de guêpes, qui deviendront sources d’inspirations ou s’intègreront à mes œuvres.

Étant atteinte d’une maladie chronique et douloureuse, pour moi, le corps dans son état d’objet, de médium à l’accomplissement d’actions et même son lien avec la mort est au centre de tout. À travers principalement la sculpture, mais aussi la sérigraphie et la peinture, j’explore mon rapport au corps et son potentiel de cassure.

La notion d’autoportrait et de vulnérabilité s’inscrit dans mes œuvres d’où transparaît un mélange entre des gestes parfois maladroits et violents dans un besoin de catharsis, et une certaine douceur dans des gestes intimes tels que la broderie, ou le besoin de glorifier le vivant par la cristallisation. Mon travail se réfère indéniablement au corps de façon figurative, métaphorique ou simplement dans la trace grossière de mes propres actions.

Mon travail résolument personnel ne s’inscrit pas dans le courant actuel plus conceptuel mais tente une communication intime avec le spectateur dans le partage du questionnement face au corps : de la douleur, de l’angoisse, et, dans l’espoir possible de transcender la laideur et la maladie par une beauté fragile et étrange.

Suivez Ponk sur Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *